Rechercher
  • La Rédaction

Prolongement de la pénétrante : la réponse surréaliste de Jérôme Viaud !



Un mois ! Il aura fallut un mois au maire de Grasse, Jérôme Viaud, pour répondre au conseiller d’opposition, Paul Euzière (GATEA), qui s’inquiétait, comme les riverains concernés, des avis d’expropriations concernant la prolongation de la pénétrante !

Le maitre d’œuvre de la pénétrante est le Conseil départemental.


La Ville de Grasse ayant quand-même son droit de regard sur ce projet qui concerne « sa » commune.

Et quelle réponse !


Il y a deux courriers, l’un est adressé au conseiller d’opposition, l’autre au… CADAM ; et le maire de Grasse vogue de Charybde en Scylla. Avec ses conseillers.


Revenons au 5 mars.

Ce jour- là, le président de GATEA rappelait notamment au maire que :


« Une grande majorité de Grassois (mise en évidence par l'Enquête Publique de 2013), s'oppose à l'aberration ruineuse et dévastatrice des quartiers Saint-Antoine et Saint-Jacques que serait le prolongement de la pénétrante sur 1,9 km entre la RD 9 et la RD 2562.

Rappel du coût faramineux de cette opération qui ne résoudrait strictement rien, les embouteillages se situant à partir de Peymeinade: près de 90 millions €, tout n'étant pas encore chiffré.

La ville, partenaire de ce projet, devra acquitter 3% du total.

En 2013, le chiffrage -incomplet- était de 72 millions €.

Ce projet est aberrant: il consiste tout simplement à reporter les embouteillages des Quatre-Chemins à Saint-Jacques où aucune continuation n'est prévue: voir le nouveau PLU de Grasse (2016-2026) (…). »



La réponse que le maire vient d’envoyer est celle-ci :

« (…) Vous le savez, je suis favorable au projet de prolongement de la pénétrante Cannes-Grasse afin de résoudre des flux de circulation qui polluent l’Ouest de Grasse et du Pays de grasse depuis tant d’années (…). »


C’est à croire que le maire de Grasse n’habite pas sur sa commune et ne s’est jamais déplacé à Saint-Jacques « au bon moment » ! Déplacer le flot de voitures problématique vers le quartier de Saint-Jacques, déjà saturé aux heures de pointe, va le contribuer à le rendre invivable. Cela ne servirait qu’à déplacer le problème et polluer un peu plus Saint-Jacques !


Puis, comme la tentative désespérée du voyageur saharien en vu d’un mirage, le maire précise à l’élu d’opposition :

« Néanmoins, je serai particulièrement vigilant à ce que les personnes dont le patrimoine foncier est impacté puissent être indemnisés convenablement (…) !


« Je serai », le futur, donc. Cela veut dire que le maire n’a entreprit aucune démarche, un mois après l’envoie des courriers d’expropriations… C’est ce qui s’appelle avoir le sens de la réactivité et de la réalité. Et des priorités.


Rien sur le massacre de la nature et des terrains concernés par les viaducs et l’impact négatif sur les propriétés avoisinantes. Sans oublier le bruit.

Rien non plus sur le coût du prolongement de la pénétrante (1,9km) qui alourdirait encore plus les finances de la Ville. Le prix a été chiffré de façon incomplète en 2013 à 72M€. Le coût est plus proche actuellement de 90M€, dont 3% à la charge de la ville de Grasse, soit près de 3M€… Tout en se rappelant qu’à Grasse les projets, quand ils arrivent à terme, ont gonflé leur budget de 30 à 40%, voire plus, tout en rallongeant le délai de livraison, (cf. Médiathèque).


Le maire (qui est vice-président du Conseil départemental), a aussi envoyé un étrange courrier au même Conseil. La missive est adressée au… CADAM, sans citer nommément le président de l’instance départementale, Charles-Ange Ginésy, son supérieur. Curieux.

« (…) Je vous remercie d’être particulièrement vigilant à ce que les personnes touchées puissent être indemnisées justement de leur préjudice.

Je vous saurais gré de m’apporter tous les éléments utiles me permettant d’apprécier le montant proposé à chacun de mes administrés. »


Première remarque : soit le vice-président du Conseil départemental, Jérôme Viaud, était au courant des expropriations (il est pour le prolongement)… soit il feint le contraire avec ce courrier. Dans les deux cas…


Encore curieux.


Deuxième remarque : le maire de Grasse ne connait pas la valeur des terrains qui vont être utilisés pour le prolongement de la pénétrante, ni le mode de calcul. Il est toujours curieux pour un maire de ne pas connaitre la valeur potentielle des terrains de sa commune.


Troisième remarque : quid des riverains, qui s’estimant lésés par la vue des viaducs et le vacarme routier ou d’autres désagréments, pourraient se retourner vers les concepteurs. Aléatoire.


Dans un précédent article du 14 mars, nous évoquions le lancement des avis d’expropriations en titrant : « Prolongement de la pénétrante : à quel jeu joue Jérôme Viaud ? ».


La question est toujours sans réponse.


Voici les deux courriers du maire.




#Grasse #Grasse06 #JeromeViaud

315 vues

© 2018