© 2018 

Rechercher
  • La Rédaction

Prolongement de la pénétrante : à quel jeu joue Jérôme Viaud ?





Avec le projet du prolongement de la pénétrante (qui est censé résoudre les embouteillages), et maintenant le lot d’expropriations qui vient de tomber, le maire de Grasse, Jérôme Viaud, vice- président du Conseil départemental, serait-il en train de jouer avec « ses » administrés ?


Le maire et vice-président du conseil départemental, maitrise-t-il vraiment ce dossier ?

Il est surtout curieux de constater que, malgré les recours d’associations et de particuliers engagés contre le projet, le Conseil départemental et le maire Jérôme Viaud, insistent pour imposer le prolongement de la pénétrante… Et lancer les procédures d’expropriation !


A moins que ce soit le président du conseil départemental (le précédent - M. Ciotti que l’on a vu à plusieurs reprises à Grasse venir « vendre » son projet ou l’actuel, M, Ginesy) qui tire les ficelles du dossier au détriment du maire local et surtout des Grassois ? Un conseil départemental où il semblait à des proches du dossier qu’il était au ralenti.


Car ce projet de prolongement de la pénétrante n’est pas un projet commun. Depuis plus de soixante ans il agite le microcosme grassois, peu importe les municipalités qui se sont succédé, comme un serpent de mer… sans trouver une issue acceptable pour tous.


Détourner le flot de véhicules arrivant au bout de la pénétrante est en soit louable. Mais est-ce la solution que de déporter une grande partie de ce flot 1,9 km plus haut, à Saint-Jacques, saturant encore plus ce quartier, défigurant celui de Saint-Antoine et Château Folie au passage ?


Non, évidemment !


Il est à noter que la grande majorité des Grassois a marqué son opposition dans l’enquête d’utilité publique de 2013 (cliquez ici pour consulter l'enquête publique) C’est à croire que cette enquête a été mise en place pour la forme ! Les ouvrages d’art, dont deux imposants viaducs (avec une pente de 7%), vont défigurer le paysage sans pour autant résoudre le problème. Et ruiner les propriétaires des terrains concernés à qui on a proposé 17€ du mètre carré !


En 2013, le coût de la pénétrante était « estimé » à 72M€. Qu’en est-il neuf ans plus tard ?


D’autant plus qu’à Grasse les coûts des constructions « utiles » aux Grassois, augmentent « facilement » de 20, 30, voire 40% ! La Ville de Grasse devra payer 3% de la somme investie… Ce qui pourrait se chiffrer pour les Grassois à une somme variant entre 2,5 millions d’euros et 3 millions d’euros, voire plus ce qui ne serait pas une surprise… pour une ville fortement endettée, on a vu de meilleurs opérations.


Comme on le constate, rien n’est sûr dans ce projet de prolongement de pénétrante.

Les habitants des Alpes-Maritimes vont payer la plus grande partie d’un projet dont ils ne vont pas bénéficier pleinement et, que, s’ils l’utilisaient, ne leur servirait à pas grand-chose : selon les heures de pointes, les embouteillages entre Sainte-Anne et Saint-Jacques n’étant en aucun cas résorbés…


Alors, si ce n’est pas pour améliorer la circulation, c’est pour qui, pour quoi ?


« Jérôme Viaud doit agir contre les procédures d’expropriations », demandait le responsable de Grasse à tous, ensemble et autrement (Gatea), Paul Euzière dans un courrier (lire la totalité en fin d’article), du 7 mars dernier.


Pas de réponse.


Pas de réponse non plus dans le quotidien local qui ne rechigne jamais à relayer les infos que Jérôme Viaud distille… à part la retranscription du courrier de Paul Euzière, sans commentaire, pour une fois, dans le « politiquement incorrect » (12/3/19), qui est devenu en la circonstance « politiquement prudent ».


Alors, est-ce que l’actuel et silencieux maire de Grasse et vice-président du conseil départemental, depuis l’annonce des expropriations, a encore les moyens d’agir efficacement sur ce dossier ?


C’est le moment ou jamais de défendre « sa » ville et ses administrés.


Ci dessous, le courrier envoyé par Paul Euzière, le 7 mars, à Jérôme Viaud.


"Monsieur le Maire, Vice-président du Conseil départemental,


Plusieurs familles propriétaires de biens sur le tracé du prolongement de la pénétrante Cannes-Grasse entre la RD 9 (rond-point de l'Alambic) et la RD 2562 (stade Jean-Girard) viennent de recevoir des avis et mémoires d'expropriation du Département.


Ce projet dévalorise, dès à présent, considérablement leurs biens.


S'il était réalisé, ce projet dévaloriserait également les biens de tous les propriétaires impactés de près ou de loin dans les quartiers de Saint-Antoine et Saint-Jacques.


Dans le cadre de ces expropriations, les offres du Département sont de 17 € le m² !

En pleine ville et à 10 km de Cannes, de telles propositions feraient rire, s'il ne s'agissait du patrimoine de nos concitoyens qui subiraient ici en plus de la perte de valeur de leurs bien, une véritable spoliation sur les parties expropriées.


Comme vous le savez, deux associations de défense des quartiers - l'Association de Défense des quartiers Saint-Antoine et Saint-Jacques et l'Association des Riverains de Château-Folie ainsi que la société de M. Jacques Chibois - et plusieurs particuliers ont déposé des recours en annulation de la DUP de 2013 sur le prolongement de la pénétrante.


Les procédures sont en cours devant la Justice administrative. Si la DUP était annulée, ces expropriations deviendraient caduques. Cette situation aurait dû inciter le Département à moins d'intempestivité. Ce n'est pas le cas.


En conséquence, nous vous demandons en tant que Maire de Grasse et aussi en tant que Vice- président du Conseil départemental d'user de votre influence auprès du Département et de ses services pour que soient immédiatement suspendues toutes les procédures d'expropriation en cours.


Nos concitoyens attendent de votre part des actes clairs et concrets dans ce sens.


Dans l'attente, recevez, Monsieur le Maire, Vice-président du Conseil départemental..."


Pour voir l'article de Paul Euzière dans sa totalité cliquez ici


#Grasse06 #Grasse #JeromeViaud

337 vues