© 2018 

Rechercher
  • La Rédaction

PLU : le maire, Jérôme Viaud, en grand seigneur dans Nice-Matin… la mémoire en moins


On en apprend encore de bonne dans Nice Matin (12/9/2018). Dans la rubrique « Politiquement incorrect », animée par Eric Farel, il y est question dans un premier temps d’Aroma-Grasse. L’auteur rappelle que le président de la communauté d’agglo (CAPG) a invité les membres du conseil communautaire à une séance plénière. Aucun journaliste de Nice-Matin n’était présent.


Malgré qu’il n’y ait eu aucun journaliste présent, le début de l’article est correct, mais incomplet. Le blog de « Grasse à tous » a semble-t-il été utile… Sauf l’oubli des 750 000 € (libéralité infondée) que le président que la CAPG n’a toujours pas fait rentrer dans les caisses de l’agglo, malgré trois décisions de justice l’obligeant à le faire. Et la promesse de soutenir le leader de Grasse à tous, Paul Euzière… qui se transformera en attaque contre celui qui voulait récupérer de l’argent public distribué généreusement et illégalement. Curieux.




Puis le journaliste s’intéresse, dans un autre article, toujours dans « Politiquement incorrect », au Plan local d’urbanisme (PLU). Avec un titre tout aussi curieux : « Révision du PLU grassois : Viaud veut protéger sa ville », avec la photo du maire qui pose beau. La photo est prise en contre-plongée, elle donne une sensation dominante au photographié. Tout d’abord Grasse n’est pas « sa » ville, mais la ville des Grassois. En suite dire d’un maire qu’il veuille protéger la ville qu’il dirige, n’est pas une information, c’est une courtoisie imprimée.


En suite l’article annonce que la révision du PLU se fera lors du conseil municipal du 6 novembre prochain voulu par le maire, Jérôme Viaud… Mais ne précise pas que la révision du PLU était prévu pour le conseil municipal du… 25 septembre, soit plus d’un mois avant.


Et pourquoi donc ce report ? C’est simple, si l’on peut dire. Devant les innombrables protestations et pétition qui circulent sur le Net (avec succès), ainsi que les défections d’adjoints peu enclins à voter le texte initial, le maire l’a joué prudent.

Ce qui n’empêche pas le premier magistrat grassois d’enfoncer les portes ouvertes, en effet quand il déclare, notamment, « La révision du PLU est un sujet majeur pour le territoire…. [Je suis] soucieux et attentif…. Sanctuariser les espaces agricoles…. Protéger nos paysages… [et] notre patrimoine exceptionnel…. Redonner du souffle à nos entreprises…. [ou] favoriser le développement de la commune », on voit mal un maire, fut-il de Grasse, affirmer le contraire.


Voilà, c’était la rubrique « Politiquement correcte, pardon incorrecte », qui nous a informés sur la volonté du maire à protéger « sa ville. »

29 vues