Rechercher
  • La Rédaction

Petit à petit, les manifestations culturelles disparaissent de Grasse



Après les disparitions de « Cap Santé » et « Bio Grasse », c’est au tour du festival « Les toutes premières fois » de disparaitre de la scène grassoise depuis 2014.


Vingt ans d’existence n’auront pas suffi à préserver ce festival qui « Durant deux décennies, [a permis à] des milliers de spectateurs dont de très nombreux enfants et adolescents [de] découvrir souvent en avant-premières, avec des réalisateurs, des films et leurs réalisateurs. »


C’est cruel et court pour les organisateurs qui se donnaient à fond, mais c’est ainsi. Exit le festival, place au vide.


Pourtant, il y a un an, le « Kiosque » célébrait les vingt ans et la municipalité apportait son « soutien » aux organisateurs du festival. Mais c’était en 2018.


Les organisateurs rappellent qu’en 2013 la subvention était de 3 000€ et que depuis 2014, le maire actuel, Jérôme Viaud, l’avait plafonné à 1380€, limitant ainsi fortement l’action des bénévoles qui animaient la structure.


La décision de stopper à été ensuite motivée par le fait que « La Région PACA vient de nous faire savoir, en septembre, que notre demande de budget 2018 (déposée en temps et en heure), pour le festival qui a eu lieu en avril, est refusée ! Pourquoi avoir laissé le Festival dans l’ignorance et le mettre ainsi en difficulté ? », demandent les organisateurs désabusés.


C’est d’autant plus cruel pour toutes ces associations culturelles qui disparaissent que le maire de Grasse dispose de 5 000€ par an au titre des frais de représentation, ce qui fera au bout du mandat 30 000€. Une belle somme que les dirigeants associatifs auraient bien voulu disposer pour continuer à faire vivre leurs associations.


Pendant vingt ans, des milliers de spectateurs dont de très nombreux enfants et adolescents ont pu découvrir souvent en avant-premières, avec des réalisateurs, des films et leurs réalisateurs…


Mais voilà, maintenant les priorités sont ailleurs. Quand les finances vont mal, c’est toujours la culture qui en premier en fait les frais, alors que les responsables des gabegies échappent au coup de sécateur. C’est normal, ce sont eux qui tiennent la faucheuse.


Voici l’intégralité de la lettre du président et des dirigeants expliquant leur décision, envoyée à la presse aux réseaux sociaux.


FIN D’UNE ASSOCIATION CULTURELLE A GRASSE


Après 20 ans d’existence le Festival de Cinéma de Grasse tourne la page.

En 2019, le festival « Les Toutes Premières fois » n’aura pas lieu.

Pour 3 raisons essentielles :


1/ Nous n’avons plus de budget suffisant pour lancer la 21e édition

-La Région PACA vient de nous faire savoir, en septembre, que notre demande de budget 2018 (déposée en temps et en heure), pour le festival qui a eu lieu en avril, est refusée !

-Pourquoi avoir laissé le Festival dans l’ignorance et le mettre ainsi en difficulté ?

La municipalité de Grasse a plafonné sa subvention à 1380€ !

(En 2013, la ville accordait une subvention d’environ 3000€).

Tous les acteurs des festivals de cinéma s’étonnent, qu’une ville de cette importance, soit si peu impliquée dans la culture cinématographique !


2/ Nous déplorons le peu d’intérêt des autorités locales, pour une association culturelle cinématographique

et son Festival annuel.


Pourtant, le projet correspondait et correspond aux critères culturels affichés :

-L’Association « Au Parfum de Grasse » est agréée par le Rectorat.

-Son objectif est de faire connaitre les courts-métrages de jeunes réalisateurs, non seulement au public mais surtout aux élèves, par de multiples interventions :

Stages d’initiation à la critique. Interventions de professionnels dans les établissements scolaires. Création d’un jury académique « Mon premier jury ». Projections de films pour tous les âges, de la maternelle au Lycée (des centaines d’élèves ont été concernés chaque année)


3/ Les organisateurs bénévoles, sont lassés par cette accumulation de problèmes.

Nous déplorons la disparition du Festival, après 20 années, durant lesquelles, des réalisateurs, des comédiens, des producteurs, des techniciens sont venus présenter leur travail au public et aux élèves du bassin grassois (Rémi Julienne, Laurent Vinas Raymond, Jérémy Banster, Sophie Dulac…) et nous tenons à les remercier ici.

Nous remercions tous ceux ont soutenu notre association dans ses objectifs :


le Rectorat de l’Académie de Nice, Monsieur Bruno Stisi, M. Leleux ancien maire et sénateur, pour ses aides et sa présence aux différentes éditions, Mme Otombre Proviseur du Lycée Amiral de Grasse, M. Carlotti ( ancien gestionnaire du cinéma), Katty Ferrand, Philippe et Ludovic (projectionnistes), La Bastide Saint Antoine, Renault Cannes, les enseignants qui nous ont reçu dans leurs classes, et le public grassois qui a été fidèle au festival.


Merci à tous ceux qui nous ont soutenu et fait connaitre :


Nice-Matin Grasse, Kiosque, Agora FM qui nous a soutenu depuis le début.

Merci à Jacques Chibois, qui durant 18 ans, a reçu le jury professionnel, mis à sa disposition une salle pour délibérer et a offert le déjeuner.


Merci enfin, aux sponsors et à toutes les personnalités qui nous ont apporté leur aide, Madame Chantal Roux, Monsieur Giacomo de Pass.


Le Président fondateur et les membres du Bureau de l'Association "Les Toutes Premières Fois".


#Grasse #Grasse06 #JeromeViaud #RegionSud

0 vue

© 2018