Rechercher
  • La Rédaction

Médiathèque : des chiffres et des projets qui font (toujours) trembler !



Lors du conseil municipal du 11/12/2018, une information importante concernant les finances de la ville et la Médiathèque était passée à la trappe.


C’était bien tombé pour le maire, car dans les circonstances actuelles et un bilan peu glorieux à son actif, à moins d’un an des élections pour Jérôme Viaud, c’est "pas de mauvaises nouvelles, très bonnes nouvelles". Et depuis, rien de la part de la municipalité, à part quelques broutilles. Alors, nous y revenons.


Tout d’abord, le volet financier, que nous avons déjà abordé, mais vu que le budget a quasiment triplé huit ans, il nous est essentiel de le rappeler, encore et toujours. Nous aborderons ensuite les aménagements urbains prévus autour de la Médiathèque et dont personne ne s’est posé la simple question de base : est-ce que c’est réalisable ou est-ce un coup de pub ?


Allez, c’est parti !

Revenons au conseil de mi-décembre 2018. Lors du sujet traitant de l’endettement de Grasse, Magali Conesa (Grasse à tous - Ensemble et autrement, Gatea), informait, notamment, l’assemblée et à ceux qui voulait l’entendre et la comprendre que : « Les crédits affectés à la Médiathèque n’ont pas été consommés en totalité. Ces crédits non utilisés pour la Médiathèque représentent 798 000 €. Ils ont été transférés sur de nouvelles programmations en investissement pour 2018. Cela pose la question de l’avancement des travaux de la Médiathèque. »


Mais rien, comme si 798 000€ n’était pas un sujet intéressant pour le maire de Grasse… Tiens, comme les 750 000€ de l’affaire Symrise…


Puis, dans le Nice Matin du 2 janvier 2019, parait un sujet titré, « Tout beau, tout neuf », sur les réalisations urbanistiques grassoises pour l’année à venir… dont la « célèbre » Médiathèque, qui se situe entre le sparadrap du Capitaine Haddock et le Fantôme de l’Opéra.


On pouvait y lire une information emprunte d’une pudeur exemplaire : « La Médiathèque ouvrira cet été. Après bien des déboires, le chantier de la médiathèque, baptisée provisoirement Charles-Nègre, [Danaïdes aurait été plus approprié], se poursuit. Le gros œuvre s’achève alors que débutent les travaux de reconstruction des bâtiments adjacents au site. (…) Livraison prévue à l’été 2019. »


C’était sans compter les mouvements des immeubles rue de La Lauve qui allaient arriver, plus de 200 000€ pour consolider les bâtiments qui bougent. « Merdre » aurait pu dire « Ubu Roi » dont sa présence ne dépareillerait pas dans ce dossier. Ou dans d’autres.


Les travaux seraient si près du but que les responsables municipaux puissent se passer de 798 000€ ?


« Cela pose la question de l’avancement des travaux de la Médiathèque », avait demandé au maire l’élue de Gatea.


Le maire n’avait pas répondu. L’élue rappelait encore :

« Rappelons que la Grande Médiathèque représente à elle seule la moitié du total des investissements prévus au budget primitif 2018.  En effet, il était prévu 11,66 M€ de dépenses d’équipement, la dépense de la Grande Médiathèque était inscrite pour 5,52 M€ », rappelait encore l’élue de Gatea.


Alors, que croire. Qu’un projet qui accapare la moitié des investissements de la commune puisse se passer de 798 000€, alors que le budget a dépassé de 16M€ le coût initial… « Faux » avait répondu pour une fois le maire, sans autre précision, presque gêné. Ni autre commentaire. Et comme cette passe budgétaire n’avait pas été relayée comme il se doit dans les médias, les Grassois n’ont pas su. De l’entre-soi.


Au grand dam de l’opposition qui travaille sérieusement ses dossiers et qui n’a pas l’oreille des médias, du moins pas tout le temps.


Ce n’est pas tout, le budget de fonctionnement n’est pas précisément connu, il varierait entre 1,5 et 2M€… Allez savoir. Combien de personnels, le chauffage (électrique), la consommation électrique du bâtiment, l’eau, l’entretien, quid des autres bibliothèques ?


Peut être que le « Grand Mage Burma » pourrait aider la municipalité à donner une date. Quant à Madame Soleil, elle prédit après les élections.


Puis, vient le « Kiosque » de janvier 2019, dans lequel le maire annonçait que la Médiathèque allait ouvrir ses portes en 2020. Pas à l’été 2019, comprenne qui peut. Soit dix ans après le début du lancement du projet. Encore bravo !


Et ce n’est pas fini, c’est comme les cheveux d’Eléonore ! Il faut revenir en arrière et lire un autre « Kiosque » du 10 novembre 2018. Il y a un sujet traitant de l’aménagement du parvis de la grande Médiathèque et des places adjacentes, titré « Places en cascades » qui semble être de la même veine que la « Grande Médiathèque ». Avec une belle vue d’artiste qui donne au projet fini un air grandiose, laissant la zone éclairée, arborée, avenante, avec des séries d’escaliers agréables à utiliser. Ça fait la part belle au projet qui n’en fini plus de finir et qui a déjà coûté aux Grassois 27,6M€ alors qu’il ne devait coûter que 11,7M€. Combien a coûté cette étude ? Surréaliste ! Au fait, qu’en pensent les riverains ?


Il faut que les Grassois aillent voir sur place pour se rendre compte que la réalité de Jérôme Viaud, si elle voit le jour, n’est pas prête de se concrétiser ainsi. Et pas à n’importe quel prix.


Jugez-en plutôt. Il y est question d’aménager 2 750m2 sur quatre places (Morel, Rouachier, Four-Neuf, Vercueil) en fort dénivelé (13,5m). Avec le réservoir de La Foux au milieu de ce projet, ça promet !


Et ce n’est toujours pas tout ! La distance entre la Médiathèque et le haut de la place Morel, n’est pas aussi grande que la vue d’artiste le laisse croire, bien au contraire. On se demande alors comment les concepteurs vont faire pour adoucir la pente, la rendre agréable et praticable aux usagers, comme on peut le voir sur le dess(e)in. Selon nos calculs et dans l’état actuel, la pente serait de plus de 20%. A moins que le maire fasse pousser les immeubles.


Voilà, c’était encore un p’tit tour de Médiathèque et certainement pas le dernier. Bientôt 10 ans de travaux (sans que ce soit fini) et 27,6M€ investis, soit près du triple annoncé. Sans compter son budget de fonctionnement (1,7M€ ?). Les Grassois vont en découvrir une partie de l’ampleur du dossier… certainement après les élections.


Au-delà de l’information nécessaire à la bonne compréhension de ce projet, que l’on ne trouve pas partout, il y a aussi ce côté jonglerie teinté d’amateurisme qui serait amusant si les Grassois n’allaient pas en assumer les conséquences.


#Grasse #Grasse06 #JeromeViaud

108 vues

© 2018