Rechercher
  • La Rédaction

La rentrée catastrophe du Maire de Grasse




La rentrée de l'édile de Grasse est très compliquée, c'est le moins qu'on puisse dire, sur plusieurs sujets

Une prochaine mise en examen inévitable? Un drame terrible a eu lieu il y a quelques jours dans les locaux techniques municipaux de Grasse avec la mort d'un employé municipal. La non réfection des bâtiments communaux, signalés dangereux, dans un rapport du CHCT de 2016, et la non convocation du CHS (comité hygiène et sécurité) dans les délais prévus par la loi, pourraient conduire à une mise en examen de l'édile et des responsables des services en charge des bâtiments et du personnel. A suivre.

PLU : La pression est-elle trop forte? Nous apprenons ce matin , par des sources bien informées, le report du vote de PLU à une date ultérieure. En effet, depuis quelques jours circule une pétition pour l'arrêt du vote du PLU lancée Shirley Tournier et relayée de façon appuyée, et remarquée, par Patrick Isnard a reçu déjà 260 signatures en 24 h. Elle vient appuyer les quasi 400 observations formulées par les citoyens grassois lors de l'enquête publique. Toujours selon d'autres sources bien informées, plusieurs conseillers municipaux de la majorité (au moins 4), s'apprêtaient à voter contre ce PLU qui transforme les terrains agricoles en terrains constructibles, et les zones naturelles en terrains agricoles, puis ainsi de suite avec prochain PLU. Le vote du budget et du PLU sont 2 éléments très marquants et structurants d'une mandature, et les fissures apparentes dans la majorité municipale, vont se cristalliser sur ces 2 prochains votes. Des voix dissonantes face à l'autocratie du Maire, vont se faire de plus en fortes au moment d'assumer la politique menée par Jérôme Viaud. Sans doute une des raisons de la reculade annoncée.

Municipales 2020 : un Maire qui ne rassemble pas Jérôme Viaud, candidat à sa propre succession, bat déjà la campagne pour réunir sur sa liste des potentiels conseillers municipaux. Après le battage médiatique autour de sa soirée qui a réuni 1500 personnes (2500 selon le Maire), il semble que l'exercice ne soit pas si aisé, car de nombreux conseillers municipaux élus souhaitent ne pas se représenter, voire carrément monter une liste concurrente, tant la rupture est consommée avec une partie de son équipe. Sa gestion autocratique et autoritaire est souvent mise en avant de façon explicite par les frondeurs, de façon plus feutrée par d'autres conseillers municipaux, gênés aux entournures. Ainsi plusieurs grassois ont été approchés en vue des prochaines municipales par plusieurs conseillers municipaux de la majorité.

WC en or massif au collège Carnot : des vessies pour des lanternes Plus anecdotique, voire futile si cela ne concernait pas nos impôts, mais significatif d'une perte de lucidité, les toilettes du collège Carnot "auraient couté 200.000 euros au département" fanfaronne Jérôme Viaud sur Nice Matin, somme "arrachée" de haute lutte avec l'aide de ses amis Jean-Raymond Vinciguerra (EELV-PS-PRG-SE, surnommé Jean-Judas - on se demande encore pourquoi....) et Michèle Ollivier (LR). Soit 18.000 euros par toilette. Les grassois ne sont pas dupes des effets de manches et cette communication consternante a souvent un effet contraire à l'effet recherché (voir les réactions sur les réseaux sociaux).

Prochains épisodes dans les prochaines semaines : - le jugement en appel du procès du Château Diter le 15 Octobre : la responsabilité de la mairie de Grasse sera t elle engagée? Jugement en attente. - le vote du budget 2019 : confirmation des fractures de la majorité municipale? - vote du budget de la CAPG : 750 000 euros à récupérer suite à l'arrêt du Conseil d'État depuis bientôt 2 ans, l'affaire est maintenant devant le Juge du Contrat et que la CAPG est en réseau d'alerte pour une situation financière très compliquée. Un dossier suivi de très près par les oppositions et les maires qui constituent la bureau de la CAPG. Jugement en attente. - le domaine Belambra, ou la collectivité rachète un bail emphytéotique. Plainte. - les dépenses inconsidérés autour du funiculaire : 16 millions disparus ou presque. Enquête. - la médiathèque la future bombe budgétaire, qui a déjà couté le double du prix...(27 millions au lieu de 11....)

Décidément, une "annus horribilis" semble se dessiner et l'omni-présence de Jean-Pierre Leleux autour de son dauphin est un signe qui tend à indiquer une sortie de route tangible et probable.

0 vue

© 2018