Rechercher
  • La Rédaction

L’impensable imposture de Stéphane Cassarini et Myriam Lazreug

Mis à jour : sept. 14




Après avoir annoncé dans Nice Matin l’investiture de l’Alliance Ecologiste Indépendante (AEI), Génération Ecologie (GE) et EELV, Stéphane Cassarini et Myriam Lazreug, avaient ensuite fait marche arrière après qu’Eric Farel de Nice Matin ait vérifié le niveau des discussions entre les différents partis et les candidats à la Mairie de Grasse.


Europe Ecologie les Verts avaient totalement réfuté les discussions. Nous avions déjà cru déceler une imposture (voir article), mais nous étions loin d’imaginer un tel scénario.


Les campagnes sont toujours des foires d’empoigne, où souvent, les petits candidats tentent de récupérer l’aura des grands partis ou des grandes idées. Ainsi on peut voir les gaullistes ou les gaulliens, les écologistes, les « de gauche », les « de droite ».


Cela veut avoir la couleur de l’intégrité, l’odeur de l’honnêteté intellectuelle, le goût de la droiture, …mais ce n’est toujours pas une investiture officielle.


A Grasse, nous avions eu C Sallah, tentant l’OPA sur LREM par moultes photos avec les ténors du parti et des ralliement "officiels" de militants bidons, ou encore, PM Carlier sur la LFI avec des déclarations très violentes contre le gouvernement, après les avoir soutenu en 2017, tous deux sans obtenir les investitures, mais au moins ils auront eu la décence de ne pas afficher le logo du parti convoité (et des voix qui vont avec) sur les différents tracts. Cela reste très limite d'un point de vue déontologique, mais cela est sans commune mesure avec les pratique du tandem Cassarini/Lazreug comme on peut le voir ci dessous.






Il n’aura pas fallu attendre trop longtemps avant d’avoir la première réaction et ce fut celle du Président de CAP 21, François Damerval, qui est entré en contact directement avec nous, pour démentir une investiture donnée à Stéphane Cassarini et Myriam Lazreug. Démenti officiel ensuite dans un tweet laconique, partagé par Corinne Lepage, pourtant présentée en tête de gondole sur les tracts des 2 affabulateurs.



Quel camouflet ! Et quelle manipulation de la part de S Cassarini et M Lazreug!


Pour le moment, Génération Ecologie de Delphine Bato (Ancienne Ministre sous F Hollande) et l’Alliance Ecologique Indépendante n’ont pas réagi.


Mais globalement que penser de ces pratiques ?


Le monde politique est devenu une sorte de concours de beauté ou certains arrivent à force de Photoshop et autres circonvolutions sémantiques à passer d’un coté à l’autre de l’échiquier, voire à faire croire qu’ils représentent qu’ils adhèrent à certaines idées en vogue qui sont en fait l’antithèse de leur ADN politique.


Ainsi PM Carlier en compagnie de G Colomb et G Darmanin en Grasse, ensemble en 2017, puis avec la LFI ensuite car plus porteur politiquement pour lui.


Ainsi, Stéphane Cassarini avec JP Leleux et J Viaud, C Sallah en 2008 donc clairement à droite, version de Villiers / Ciotti.


Puis 6 ans, en 2014, plus tard, les mêmes Cassarini/Lazreug avec  P Euzière, dont les idées et les combats sont connus. Et en 2020, ils "rejoignent" les écologistes. Lors de notre dernier article, nous nous sommes posé la question de leur possible ralliement à la cause frontiste. Mais il parait qu'on ne peut pas le dire.


Ils sont décidément d’une grande souplesse et toujours au service d’une seule cause, la leur.


On dit que les Français sont dégoutés de la politique. Comment pourrait-il en être autrement ?


Entre les petits arrangements entre oligarques, couverts par une Justice complice (combien d’hommes politiques emprisonnés suite à leurs malversations qui se montent parfois à plusieurs millions d’euros?), et des oppositions grotesques qui tentent tout, quitte à mentir, falsifier, attiser les haines et clivages, nous ne sommes pas prêts de revoir bientôt un classe politique de haut niveau.


M Lazreug et S Cassarini, dans leur volonté de satisfaire leurs égos et leur soif de reconnaissance ont jeté le discrédit sur le travail des oppositions sérieuses. Cela fait presque paraître J Viaud comme solide.


Après un mandat sous le signe des esclandres et des effets de manches, une sorte de air-mandat (activité qui consiste à mimer ce que font les autres pour de vrai), où ils ont particulièrement brillé par leurs absences et leur capacité à récupérer le travail de l’autre opposition, celle de Grasse à Tous / Ensemble et Autrement, celle qui travaille avec méthode et expertise, le pire est à craindre dans cette spirale sans fin de médiocrité, de faux débats et de coups bas. Une sorte de blanc-seing à la majorité toute puissante, confortée par ce simulacre d’élection.


Que risquent-tils ?


Absolument rien, sauf si des électeurs ou les partis concernés portent plainte pour tromperie, et encore, la prescription est relativement courte.


Alors, quelle crédibilité ? Comment peut-on se présenter dans une assemblée municipale, prétendre représenter les Grassois après de telles falsifications ?


Lorsqu’on se fait élire sur les idées humanistes, universalistes et écologistes, et que, dès le premier conseil, on rejoint le parti créé par des anciens nazis et dont les dirigeants font régulièrement les gros titres pour des déclarations racistes et des malversations financières, et qu’on découvre par la suite que les investitures étaient de complètes usurpations, si on a un peu d’honneur, de considération pour le mandat qu'on est censé incarner, on démissionne. Mais de l’honneur, l’éthique, la droiture, ce sont des mots étrangers pour certains.


Tromper sciemment les électeurs, c’est renier toute la sincérité d’un engagement magnifique aux services des autres. C’est la preuve qu’on s’engage pour les mauvaises raisons.


Seules les excuses publiques et la démission peuvent laver cet acte déshonorant.



379 vues

© 2018