Rechercher
  • La Rédaction

Cryptosporidiose : véritable cacaphonie à Grasse

Mis à jour : 18 nov. 2019


Tout d’abord, une pensée sincère aux personnes touchées par ce parasite. Veuillez nous excuser par avance pour le titre avec ce jeu de mot trivial et facile.


Depuis vendredi, la confusion la plus totale règne à Grasse soir concernant cette épidémie de cryptosporidiose. Depuis plusieurs jours la rumeur enflait sur les réseaux sociaux, sans qu’une réponse ait été apportée par J Viaud. Pourtant, il aurait dû être averti bien amont des préoccupations de certains administrés, quand on connait son goût immodéré pour les réseaux sociaux et les orientations affichées des administrateurs de la page « Tu sais que tu es de Grasse. ». D’ailleurs pour une fois, ils n’ont pas censuré, un moment d’égarement sans doute.


Vendredi en milieu d’après-midi, c’est par un communiqué lunaire que J Viaud tente une explication en s’appuyant sur le communiqué de l’ARS (Agence Régionale de Santé), véritable autorité administrative de tutelle sur les questions de santé.


Il serait malhonnête que de faire croire que les services de la Mairie n’ont pas réagi avant la position de l’ARS sur la qualité de l’eau.


Vendredi Matin, 15 Novembre vers 9h30 , le DGST (Directeur Général des Services Techniques) communiquait vers l’ensemble des services de la Mairie.


La communication du DGST est relativement claire, indiquant que les sources de contaminations peuvent être multiples, dont l’eau potable du robinet. Il annonce que des analyses sont en cours, et que les résultats seront connus que dans quelques jours, et que des précautions devraient être annoncées.


Un message repris par les directeurs/directrices des écoles de Grasse et communiqué aux parents vers 12h30.


A 15h10, J. Viaud publie sur Facebook en s’appuyant sur le communiqué de l’ARS.

Le communiqué de l’ARS est assez surprenant. Il reconnait qu’il y a bien une épidémie de cryptosporidiose. Il indique que l’approvisionnement en eau potable pourrait être une source de contamination et que l’eau fait l’objet d’une surveillance.



Il est rassurant sur le fait que les premiers contrôles sont négatifs, mais ajoute-t-elle « d’autres investigations sont toujours en cours ». Etonnamment, l’ARS ne justifie pas de précaution particulière alors que tous les risques n’ont pas été écartés. Elle précise même que ce parasite peut provoquer de sérieux troubles pour les personnes immunodéprimées (bébés, personnes âgées, personnes suivant un traitement lourd comme certaines chimiothérapies…).


Ce qui est encore plus surprenant, c’est que plutôt d’étendre le champ des possibilités sur l’origine de la contamination, l’impression laissée par ce communiqué, c’est que les recherches se font exclusivement autour de l’adduction d’eau et que la source n’ait pas encore été identifiée.


C’est un communiqué assez ambivalent au final, quand on prend le soin de bien lire chaque phrase et de peser chaque mot.


Il aurait fallu préciser, si tel est le cas, que les recherches se focalisent sur un quartier en particulier ou sur l’un des réseaux afin de lever les doutes sur l’ensemble de la population non concernée. Rien de tout cela.


Pourtant, J Viaud, « fort » de ce communiqué, claironne haut et fort que tout va très bien, suivi de près par la rédaction de France 3 qui reprend in extenso le communiqué dithyrambique de l’édile grassois.




Patatras, saperlipopette, Nice-Matin, pourtant toujours parfaitement en harmonie avec le service de communication de la Mairie de Grasse quand il s’agit de mettre en valeur le Maire de Grasse, casse complètement la dynamique vers 21h par un titre en totale contradiction avec le communiqué de J Viaud : « Attention une alerte sur un parasite dans l’eau du robinet. »




Alors ? C’est quoi la vraie info ? On peut la boire ou pas ?


Nice-Matin récidive le lendemain avec un titre un peu moins affirmatif, signalant que les investigations se focalisent sur l’eau du robinet, avec un sobre « l’eau du robinet sous surveillance ».




Alors qui croire ? Les journalistes ? J. Viaud ? L’ARS ?


Comme expliqué plus haut, le communiqué de l’ARS pose plusieurs questions :


- Pourquoi affirmer que l’eau est saine, si des recherches continuent ?

- S’il y a toujours un risque, même infime, pourquoi ne pas informer les personnes à risque de prendre leurs précautions ?


Deux questions que ne s’est visiblement pas posées le Maire de Grasse, toujours prêt à se dédouaner de choses dont il est innocent et à jouer sur la corde victimaire.


Dans ce communiqué lunaire, beaucoup de lecteurs ont noté son appel au « sang froid » à l’endroit des responsables politiques.


- De qui parle-t-il ? A-t-on lu quelque part des communiqués, des commentaires de l’opposition ou de candidats déclarés à la mairie, jetant avec délectation de l’huile sur le feu ?


- Qu’est-ce que cette phrase, très politique, vient faire dans ce communiqué officiel qui vise à désamorcer les inquiétudes – légitimes – des Grassois ?


- Est-ce un demi-aveu que la situation lui échappe, implorant qu'on ne tirât pas sur l'ambulance ?


- Est-ce encore une tentative de manipulation du service de communication de la Mairie pour essayer d’attirer sympathie et compliments face à la horde des opposants, la bave aux lèvres prêts à tout pour discréditer « l’action exemplaire » de l’édile ? Un peu comme le coup de l’attaque « politique » de la permanence… Tiens, d'ailleurs où en sont les investigations ?


En tous cas, certains employés de la Mairie, faisant fi de tout devoir de réserve, ne se sont pas gêné pour franchir le pas, comme on peut le voir sur cette capture d’écran. Des « rumeurs nauséabondes », rien que cela….




On reconnait ici la technique classique et l’expression régulière utilisée par J. Viaud et ses affidés quand il s’agit de ne pas assumer une situation qui leur échappe.


La bonne réponse de l’édile aurait été la suivante :


« Une épidémie sévit actuellement sur l’Ouest du département des Alpes Maritimes. A cette heure l’origine de cette épidémie n’a pas encore été formellement identifiée. Bien que les premiers contrôles sur le réseau d’eau n’aient révélé aucune anomalie, il est conseillé, par principe de précaution, aux personnes ayant des prédispositions aux troubles type gastro-entérites et personnes immunodéprimées de ne pas consommer l’eau du robinet en attendant que tous les doutes soient levés, courant de semaine prochaine. »


Fin de l’histoire.


Mais non, J Viaud aime se compliquer la tâche pour mieux ensuite accuser ses contradicteurs des tourments dont il serait la victime expiatoire. Pathétique.


Un peu de sérieux, svp……


#Grasse #VilledeGrasse #JeromeViaud


0 vue

© 2018