© 2018 

Rechercher
  • La Rédaction

Cryptosporidiose : la petite phrase assassine du maire de Cannes, David Lisnard


Jeudi 12 Décembre, soit un mois après la première communication officielle, un arrêté préfectoral vient conclure un mois d’attentisme. Pour la première fois, le mot « Interdiction » a été lâché par le premier représentant de l'Etat dans le département: le Préfet.


Il faut rappeler les faits.


Depuis début Novembre, plusieurs familles grassoises signalaient sur les réseaux sociaux des «dérangements intestinaux» qui durent. En une seule semaine, 34 cas sont détectés par un laboratoire.


Cependant, cela ne suffit pas à l’ARS, la Préfecture et le Maire de Grasse qui décident de communiquer le 15 Novembre que l'eau est bien potable.


Rappelons le ton quelque peu singulier de la communication de l’époque, ou « La Ville fait taire les rumeurs », appelant à «la responsabilité» pour ne pas envenimer la situation sur des faits qui n’existent pas, ...bien sûr.


Cette communication reprise in extenso et en boucle par certains médias dont France 3 et les amis de J Viaud, dont l'inénarrable organe de propagande sur Facebook "Tu sais que tu es de Grasse quand...", presque accusant les malades de vouloir nuire à leur champion.


Le fait est que 4 jours après, rétropédalage, France 3 a modifié son article initial, qui tout d’un coup, module son propos, mais oublie juste de modifier l’entête sur Facebook.  


Seuls Nice Matin et 20 minutes avaient clairement titré sur la contamination de l’eau ce jour là.




Le 22 Novembre, le seuil d’alerte est relevé à « Mesure de précaution pour les plus faibles » (immunodéprimés, transplantés, nourrissons et personnes âgées). Avec toute la communication de crise qui sied à une telle situation, et J Viaud, transformé en SuperJérôme,  nous refaisant le coup du gentil Kouchner en Somalie. Sérieusement, distribuer des packs d'eau pour faire oublier l'indigence de la situation?




Puis plus rien jusqu’au 12 Décembre, où l’on apprend qu’un nouveau foyer infection a été détecté et que 150 personnes ont été officiellement testées positives au parasite. 

C’est bien sûr sans compter toutes celles qui sont restées à la maison sans aller consulter ou faire une coproculture.


Entre temps, les députés Dombreval et Pauget montent au créneau auprès de la Ministre de la Santé pour s'enquerir de la situation. Bigre, cela commence à sentir le roussi.


Et donc, le 13 Décembre, c’est au tour du Maire de Cannes, D. Lisnard, dont une petite phrase reprise dans Nice Matin, détruit complètement l’action de ce dernier mois de son «ami» J Viaud. Ouch!





De « Eau Potable » on est passé en 1 mois à « Urgence Sanitaire ».


Un terme qui n'a jamais été évoqué ni par le Maire ni par l’ARS depuis le 15 Novembre.


Dans la phrase suivante D Lisnard, détruit complètement la gestion du canal du Foulon, laissé à l’abandon, perforé, troué etc… mettant le doigt sur l’inaction coupable de JP Leleux, les réactions à retardement de J Viaud et le catastrophique contrat de délégation de service public laissé à la Lyonnaise des Eaux qui, visiblement, n’a jamais fait l’objet d’un audit sérieux.


Quand on sait qu’il va falloir 20 ans pour sécuriser le canal, c’est une nouvelle écharde dans le pied de la commune. Il va falloir très vite sécuriser la source du Foulon (qui appartient à Grasse) ou bien accepter de perdre notre « souveraineté » hydraulique en étant obligés de se fournir et de payer à d’autres notre eau…Cela va-t-il impacter notre facture d'eau? On ne sait pas...enfin on se doute que la mise aux normes ne sera pas gratuite.


Et que dire de la Ville de Cahors qui propose 3 bouteilles par foyer et par jour le temps que la turbidité de l’eau se dissipe suite, simplement, à de fortes précipitations ?





Que doivent penser les grassois ? Qu’ils ont été abandonnés ? Qu’ils ne sont condamnés qu’à payer jusqu’à plus soif les stratégies erratiques de leurs élus ?


Nous aurons bientôt une médiathèque de plusieurs millions d’euros à Grasse dont nous n’avons pas le budget pour la faire fonctionner. Une médiathèque c’est accessoire. Un source d’eau c’est vital.Encore des choix d'élus bien éclairés.


Quoi qu’il arrive, les citoyens grassois vont voir leur tarif de l’eau augmenter pour payer les réparations. C’est le prix de la salubrité, un argent qui n’a jamais affecté à l’entretien. 


A qui la faute ? Depuis 20 ans, Paul Euzière, conseiller municipal et communautaire, toujours très pointu sur les dossiers grassois, n'a eu de cesse d'avertir sur les conséquences prévisibles d'une rupture d'approvisionnement en eau, eut égard à l'état connu de tous du canal, de questionner les municipalités Leleux et Viaud sur l'entretien et les travaux indispensables qui en découle. Maintenant, nous sommes au pied du mur et cela va coûter cher, très cher car nous n'avons plus le temps.


Encore une belle démonstration de la "vision d’avenir pertinente" du quart de siècle du tandem Leleux/Viaud.


#Grasse #Grasse06 #JeromeViaud

1,153 vues