Rechercher
  • La Rédaction

CAPG / CTE : La grenouille et le bœuf

Nous avons souvent constaté que le maire de Grasse, président de la Communauté d’agglomération du Pays de Grasse CAPG avait un talent certain pour récupérer le travail des autres, tirer la couverture à lui, et si possible les crédits, rêvant sans doute de combler au passage les déficits colossaux de la ville et de la CAPG, et engranger les louanges pour son dynamisme et ses compétences.



Nous avons eu droit hier à une nouvelle illustration de cette façon de procéder.

Le 2 octobre, au Palais des Congrès, avait lieu une réunion au cours de laquelle a été présenté le projet et les ambitions d’un Contrat de Transition Ecologique (CTE) pour le Pays de Grasse.


Participaient notamment à cette présentation la Coordinatrice nationale des CTE, Loïc DOMBREVAL, député LREM de la 2ème circonscription, et nombre de représentants de ceux qui seront les acteurs de ce CTE lorsqu’il sera conclu et mis en œuvre. Belle réunion et belle journée qui a été l’occasion d’explications et discours, mais aussi d’ateliers, d’échanges.


Qu’est-ce qu’un CTE ?


C’est une manière nouvelle d’aborder les projets qui concernent l’écologie, voulue par le gouvernement.

Il s’agit, en deux mots, de parier sur l’écologie comme moteur de l’économie, d’accélérer l’action locale des territoires, d’impliquer tous les acteurs (acteurs économiques, partenaires sociaux, services de l’Etat, citoyens, collectivités) autour de projets de transition durables et concrets, et parallèlement d’accompagner les éventuelles mutations professionnelles que ce projet implique.


Un dispositif exigeant qui vise à donner de la cohérence et de l’efficacité, et qui suppose une vraie volonté et une vraie vision de la part de la communauté de communes ou de la communauté d’agglomération qui doit l’animer (pour nous la CAPG) puisque un CTE doit être « supporté » par une telle collectivité.


Pour notre territoire, le thème de la biodiversité a été retenu, et cela s’inscrit dans le plan global de préservation de la biodiversité animale et végétale.

C’est le seul territoire en Europe dans lequel cette problématique est ainsi abordé avec ambition et grande cohérence.


Loïc DOMBREVAL a obtenu auprès de Nicolas HULOT et de Sébastien LECORNU que la CAPG soit retenue comme communauté support dans une phase encore expérimentale pour ce type d’approche. Pour mener ce vaste projet seront impliqués le Parc Naturel Régional, la Réserve des Monts d’Azur, collectivités, entreprises, associations, citoyens, Université de Nice, Education Nationale, Région Sud …

Pour mieux comprendre les enjeux et la richesse de ce projet ceux qui le veulent peuvent retrouver sur ce lien la présentation qu’en a fait le député :

http://loicdombreval.fr/presentation-du-cte-du-sauvage-biodiversite-animale-vegetale-grasse-le-2-octobre-2018/


Une vraie chance à saisir et une vraie source de richesses et de notoriété pour notre territoire.


Et que fait, dans ce contexte exceptionnel, Monsieur VIAUD, pour soutenir la démarche qu’il a acceptée ?


Il écrit moins de 30 lignes sur Facebook, pour se féliciter que la CAPG « porte » le CTE et qu’elle ait « la faculté de mobiliser … autour des questions d’écologie et de biodiversité qui nous sont si chères ».


En oubliant de citer tout autant celui qui est l’initiateur , Loïc DOMBREVAL, que ceux qui ont imaginé le dispositif, le gouvernement qui a choisi de miser sur le local pour faire avancer les questions écologiques et qui a retenu la CAPG.


Le député, quand on lit son discours et ses paroles sur M. VIAUD (paroles un peu trop flatteuses pour ne pas avoir un côté suspect) a sans aucun doute trouvé la faille dans l’ego de M. VIAUD pour lui faire accepter ce CTE, mais ce dernier n’a pas perçu les enjeux et exigences réels.


Sinon comment expliquer que rien n’ait jamais été évoqué dans les diverses instances de la CAPG (Conseil et Bureau des maires) qui auraient dû et devraient être particulièrement sensibilisées ?


Sinon comment expliquer qu’un seul agent (et un superviseur à temps partiel) sera détaché sur cette mission éminemment délicate et complexe revenant à la CAPG ?

Sinon comment expliquer que rien dans la politique actuellement menée n’annonce cette nouvelle grande ambition (défendre la biodiversité) : sur Grasse le PLU et ses errances sur les zones naturelles transformées en zones agricoles, la vente du Lac des Mimosas à Pégomas et son comblement partiel devant lequel la CAPG reste inactive, voire complice, la disparition de l’intérêt communautaire de la CAPAP sur la zone St Marc, etc. … ?


D’un très beau projet, on voit ce que le Président de la CAPG va faire.

Sans convictions réelles, sans moyens suffisants (que la CAPG aurait du mal à payer avec son endettement), sans capacité à animer, donc sans crédibilité vis-à-vis de tous les partenaires de haut niveau qui seront à coordonner.


Sans respect à l’égard de celui qui lui a apporté dans un plateau le projet et qu’il ne pourra poursuivre sans lui. Tout ne dépend pas de la CAPG et de son Président.

Mais si leur rôle d’animateur de l’ensemble part sur de telles bases, beaucoup d’énergies vont être rapidement découragées, et il n’en sortira rien, ou tellement peu, que c’est le principe même des CTE qui en pâtira.


Et une fois de plus une chance sera perdue pour Grasse, décrédibilisée.


Le temps approche où des citoyens rassemblés et engagés devront rappeler à ce maire que sa vanité le fait gonfler avec la seule perspective d'exploser au milieu d'une assemblée de courtisans.


Un vrai livre des Fables de La Fontaine à lui tout seul ...


#Grasse06 #CAPG #CTE

0 vue

© 2018