Rechercher
  • La Rédaction

Canal du Foulon : ça buzz à « donf » et ça va fuir (pour longtemps) à fond !

Le Canal du Foulon ne laisse pas indifférent les Grassois, c’est le moins que l’on puisse dire.




Une récente publication Facebook sur le site « Tu sais que tu es de Grasse quand… » montrant l’état pitoyable du canal du Foulon alimentant en eau la ville de Grasse depuis 1889 a fait un sacré buzz. Fuites innombrables plus ou moins importantes, bricolages, pollution, désinvolture, autant de faits scandaleux réels qui ont semé écœurement et incompréhension. Désastre écologique aussi, car l’eau qui est captée dans le Loup à 17,6 km en amont, se perd dans la nature au gré des nuées de trous du canal-passoire.

Le maire, Jérôme Viaud, n’est pas resté lui aussi indifférent.


Le premier magistrat a rappelé, toujours sur Facebook et avec beaucoup de photos à l’appui que : « (…) Depuis mon élection en tant que Président du Syndicat intercommunal des eaux du Foulon, (SIEF, 9 communes : Grasse, Le Bar-sur-Loup, Châteauneuf-Grasse, Gourdon, Mouans-Sartoux, Opio, Le Rouret, Roquefort-les-Pins et Valbonne), il y a un peu plus de un an et demi, nous avons renouvelés 273 mètres linéaires de canalisation (dans les tunnels 32 et 33), nous allons engager le renouvellement de 170 ml de canalisation (dans le tunnel 29) au début de l’année 2019 et nous allons lancer une consultation pour changer plus de 840 ml également en 2019. »


« (…) De plus, j’ai fait voter au Comité syndical du 23 mars 2018, un Schéma directeur de travaux qui permettra dans les 8 à 10 ans qui viennent, de renouveler les 17,6 km de canalisation aérienne du Foulon. (…) »


« Ces différents actes démontrent mon engagement pour pérenniser cette source d’alimentation en eau et réduite les pertes de ce canal. (…) »


C’est bien. Mais, malgré les bonnes volontés du maire, les fuites, donc le gaspillage d’eau quasiment potable, sont priées d’attendre 8 à 10 ans. Logique, la ville étant endettée à 128% de son budget de fonctionnement, il est difficile de faire plus et mieux. Et de le reconnaître, car le maire actuel participe aussi au creusement de la dette. Sa vie n’est pas un long canal tranquille.


D’autant que les autres communes, sans être aussi dispendieuses que celle de Grasse, et suite aux désengagements de l’Etat, n’ont pas, ou plus les moyens de participer à la remise en état du canal. Ce constat démontre que l’entretien de la première source d’alimentation en eau de Grasse n’a pas été sérieusement réalisé. Et que les différentes municipalités qui se sont succédé ont payé pendant plus de trente ans, selon l’expression populaire : comme quand on achète un chien dans un sac.


Au fait, dans dix ans quel sera l’état des canalisations posées aujourd’hui ? Quel sera l’état des fondations et des assises qui ont pour la plupart 128 ans ?


Puis le maire conclut, et ça devient une habitude, par un enfoncement magistral de portes ouvertes dont il a le secret : « (…) Car j’ai pleinement conscience que l'eau est une ressource naturelle vitale pour la survie de l'humanité et de toutes les espèces sur terre. Sans elle, et vous le savez, il n'y aurait aucune vie possible sur terre. »


Il fallait oser !


Un autre détail qui montre la précipitation : le maire déclare que : « Au cours des 50 dernières années, jamais de tels travaux n’avaient été engagés par SUEZ. »


Et pour cause ! Il y a 50 ans le canal était en régie municipal, il est passé en Délégation de service publique (DSP), que depuis 30 ans, sous la municipalité dirigée alors par Hervé de Fontmichel.


Malgré tout, l’exagération du maire induit d’autres questions intéressantes que le premier magistrat ne propose pas à la réflexion des Grassois, c’est bien dommage : qui avait en charge l’entretien du canal : SUEZ, la ville ? Qui contrôlait ? Ou sont les éventuels rapports et, s’ils existent encore, que disent-ils ?


Voilà le futur du canal du Foulon : il va continuer de fuir, dans le meilleur des cas jusqu’en 2026. Et comme aucun budget précis n’étant prévu, les consommateurs attendront (patiemment ?) que l’on bouche les trous, du canal, bien sûr.


#Grasse06

0 vue

© 2018