Rechercher
  • La Rédaction

Bris de la vitrine de la permanence : A qui profite le « crime »?



Dimanche matin, 25 août, à 6h30, la vitrine de la permanence du conseiller départemental J Viaud a été dégradée (et non pas « la permanence vandalisée »), à coup de marteau (et non pas de masse). D’après Nice Matin, ce n’est qu’à 9h30 que l’alerte a été donnée. Selon nos infos, c’était un peu plus tôt. Les vidéos auraient permis à des agents municipaux d’identifier l’auteur des coups de marteaux. Ces mêmes agents auraient été auditionnés au commissariat dans la matinée… Pourtant l’individu court toujours.


Il aura fallu attendre le début de l’après-midi pour que J Viaud communique, après avoir bien pris soin d’envoyer des communiqués de presse à France Bleu et Nice Matin.

En commençant son communiqué par « S’attaquer à une permanence d'élu, c’est s’attaquer au lien de proximité essentiel entre lui et ses concitoyens », il positionne clairement cet acte sur le terrain politique.


Ses troupes ont d’ailleurs tout suite saisi la balle au bond, réflexe de Pavlov oblige, certains allant même jusqu’à accuser l’opposition avec des « ils » (alors que c’est le fait d’un seul homme), des insultes, des raccourcis fallacieux,… d’autres, même déplorant « la violence de la campagne » (sic), se vautrant avec délice dans la même attitude qu’ils reprochent à leurs cibles. Cherchez la cohérence et le sens de République qu’ils appellent pourtant de leurs grands cris. Le principe de présomption d’innocence ne fonctionne visiblement que dans un sens.


Puisque visiblement, cela semble assez compliqué de prendre un peu de recul pour certains, nous allons essayer de poser quelques questions et d’élaborer différents scénarii. Ensuite cela sera à chacun de se faire sa propre idée.


Quelle est la raison de cet acte stupide ?


- Un message politique ? bien que dans son communiqué, J Viaud prend bien soin de ne pas accuser son opposition politique, il décide de présenter l’incident sur le plan politicien par une introduction sibylline, supposant que l’agresseur s’était attaqué à sa permanence pour des raisons politiques. Sans doute la stratégie la plus facile et la plus intéressante électoralement.


- Une vengeance personnelle ? Toujours prêt à signer de son sang des promesses intenables mais oubliées dès le lendemain, l’édile a-t-il été trop loin et un électeur frustré de le rappeler à son bon souvenir ? Une sorte d’huissier « assermenté » par un « créditeur officieux » pour lui rappeler de payer des « dettes » éventuelles ?

- Aucun, juste un motif crapuleux ? Le mystérieux « homme à la capuche » aurait-il imaginé que la recette de la fête des amis de J Viaud aurait pu être entreposée dans la permanence ?


Plusieurs questions complémentaires se posent néanmoins.


1/ l’auteur des faits avait-il toute sa tête, sachant que toutes les rues du centre-ville de Grasse sont filmées ? Avec le dispositif vanté par le Maire et pour lequel la ville a dépensé plusieurs centaines de milliers d’euros, cela serait un terrible aveu d’échec pour la politique du J Viaud de ne pas parvenir à identifier l’auteur du forfait. Ou alors avait-il l’assurance qu’il passerait entre les mailles du filet ?


Mais ce ne sont là que supputations.


2/ En essayant de surfer grossièrement sur la casse des permanences des députés de la LAREM, J Viaud tente de prendre de l’épaisseur en jouant sur un amalgame qui ne se justifie pas. Mais le conseiller départemental fantôme risque de voir son numéro de Caliméro politique se retourner contre lui. Très faible politiquement parlant, la stratégie de la gentille victime attaquée par la méchante opposition reste la meilleure pour cacher la vacuité de son bilan. Seuls les courtisans le suivent sur ce terrain. Même des gens de son bord émettent de sérieux doutes (voir photo ci-dessous).


Mais ce ne sont que des supputations.




3/ la concomitance avec le raout du cercle des amis de J Viaud le soir même pose question.

Pour ceux qui ne croient pas aux coïncidences et sans verser dans le complotisme, et comme certains courtisans zélés et connus de l’édile se sont permis des supputations hasardeuses, on peut aussi se poser la question d’une mise en scène, histoire de distraire le bon peuple, ressouder les troupes, se victimiser pour attirer la sympathie et jeter l’opprobre sur l’opposition… Bingo ! De même l’heure choisie est pour le moins assez troublante, puisqu’à 6h30, c’est l’heure de la relève de la police municipale et il n’y a pas de patrouille disponible.

2 coïncidences….allons donc.


Mais ce ne sont que des supputations.


4/ Y-a-t-il intérêt à retrouver l’auteur ? Pour le Maire, clairement non.

Si l’auteur a agit pour un motif crapuleux, tout l’épisode du Maire attaqué pour sa politique tombe à l’eau et le couplet sur « la politique sécuritaire » en prend un coup (nouveau commissariat, dépenses de caméras, etc. ) Si cela avait réellement crapuleux, l’info n’aurait pas fuité et le forfait vite masqué (voir plus bas). Si l’auteur a agit pour des motifs personnels, l’édile n’a pas peut être pas envie que les raisons soient connues de tous, car plus ou moins avouables, politiquement parlant. Nous vous faisons grâce du cas où il a agi pour le compte de la victime, vous comprenez la suite….


Mais ce ne sont que des supputations.



C’est étonnant de voir toute la publicité qui a été faite autour finalement d’un petit fait divers, un non-évènement. Tout d’abord parce que c’est le quotidien de nombreux grassois, donc banal (mais pas excusable), mais surtout parce qu’il est arrivé une aventure bien plus grave au premier adjoint Philippe Westrelin, braqué et saucissonné chez lui il y a quelques semaines … Mais là, pas de communiqué sur France Bleu ou sur France Info et encore moins d’infos sur Nice Matin.

C’est sûr, c’était plus compliqué de présenter les choses sous un aspect politique.


1/ pourquoi un tel silence de la part de l’édile et de la presse ? Le sort du premier adjoint est-il moins important que celui de J Viaud ?


2/que sont venus chercher les malfaiteurs ? Un coffre ? Des espèces ? Des bijoux ? Des papiers ? ? Les braqueurs étaient-ils en service commandés ?


Là aussi, black out. Et là, il n’y a pas grossissement d’un étrange fait divers, mais black-out sur des faits d’une toute autre gravité.


#Grasse #Grasse06 #VilledeGrasse #JeromeViaud

0 vue

© 2018