Rechercher
  • La Rédaction

Au Théâtre ce jour : Georges Feydeau à la Mairie de Grasse !



La mairie est devenue un véritable théâtre de boulevard de province avec les portes qui claques, des grincements de dents, les rires (jaunes), où ceux qui partent, croisent ceux qui arrivent. Il y a des cris discrets et des soupirs tout aussi discrets, sans oublier les réseaux sociaux qui en rajoutent au désarroi et à l’inquiétude ambiante. Georges Feydeau, sort de ces murs !


Depuis le temps que ça couvait. Le conseil municipal du mardi 25 septembre qui a vu la majorité municipale se fissurer en public, puis un article de la démissionnée dans la presse locale les jours suivants en a été le point d’orgue.


Du moins le croyait-on.


L’objet de ce charivari grassois est la vente du legs Riou qui en plus de l’opposition (Grasse à tous ensemble et autrement et L’Alternative), n’est pas passée chez les deux adjoints. Pour combien d’autres qui n’ont pas osé ? Avec les démissions forcées de deux adjoints, Jean-Paul Camerano et Brigitte Vidal, le maire de Grasse, Jérôme Viaud, a tenté de reprendre en main sa majorité chancelante. A la hussarde. Sabre au clair. A-t-il réussi ? S’il y a d’autres contestataires aura-t-il la force et surtout les moyens de purger son équipe ?


Donc, lors de ce conseil le maire a, en public, cruellement viré son colistier. Puis, ce fut au tour de Brigitte Vidal, le samedi suivant. Pourtant l’intervention de cette dernière lors du conseil municipal, aux yeux des observateurs présents était plus puissante que celle de Jean-Paul Camerano, mais n’avait pas attiré l’attention du sécateur municipal en chef. Jugez : l’élue s’était abstenue pour « question de morale »


Alors, partant du principe qu’il n’est jamais trop tard pour bien faire, le maire lui a enlevé ses délégations. Leurs successeurs sont prévenus : c’est vote comme je te dis, ou vire-de-là ! La concertation n’est pas au rendez-vous, pas plus qu’une boule à facettes n’est prévue pour les prochaines réunions.


Dans un courrier du 2 octobre, à « l’attention des chefs/responsables de services », une affaire suivi par le DRH, Stéphane Deckmyn, le maire rappelle que :


« (…) Je vous demande de bien vouloir rappeler à l’ensemble des agents dont vous avez la responsabilité, l’impératif respect des devoirs de réserve, de neutralité et de confidentialité que nous devons observer.


Il ne nous appartient pas de commenter la vie publique de la collectivité.


Je compte sur vous pour une large diffusion de cette note et je vous demande de m’informer de tout manquement à cette dernière. (…) »


Cette lettre de recadrage arrive en même temps (2/10), que des échanges sur Facebook d’affidés et d’élus de la majorité de Jérôme Viaud, dont Jean-Paul Camerano, qui se pâment devant la réussite de la dernière fête de la bière et font mousser le maire :

« Yes… Merci Jérôme Viaud… Bravo et encore merci monsieur le maire… que de belles idées que de beaux projets déjà réalisés qui en annoncent d’autres. Vive Grasse ! »


Les prémices de cette situation étaient pourtant décelables.


Dans un message « facebookien » de 2014 dont il a le secret, le maire affirmait, prémonitoire : « Ensemble pour le meilleur Avenir et le meilleur à venir ! », et ressorti des archives il y a un an par un membre de la maison du Commerce. Encore bravo !


Une précision aux élus et aux employés municipaux : quand il y a flagornerie, c’est bon, il n’y a rien à redire. Au contraire. La lettre de recadrage ne concerne que les agents qui sont en désaccord avec le maire.


Alors, à quand le prochain départ ? Pas celui de Georges Feydeau en tout cas…


Et bien c’est celui de Chems Sallah qui a osé donner sa démission du conseil municipal le mercredi 3 octobre. Dans une longue lettre il explique sa décision avec comme épitaphe une phrase terrible pour le maire : « Je ne reconnais plus Jérôme Viaud. »


De profundis.


En quatre ans, entre démissions et démissionnés, c’est le sixième adjoint qui ne fait plus partie de la majorité municipale. Record à battre à venir ?


#Grasse06 #Grasse2020 #Mun06130

48 vues

© 2018