Rechercher
  • La Rédaction

A quand une bonne information politique sur Grasse dans Nice Matin ?




Mais qu’est ce que les Grassois ont-ils bien pu faire (ou pas) au chef de l’agence Cannes-Grasse de Nice matin, Eric Farel, pour mériter les articles qu’il publie, dès qu’il s’agit de politique locale ? Sans oublier qu’il n’y a plus, en règle générale et dans le meilleur des cas, qu’une seule page à se mettre sous les yeux pour les lecteurs de la sous-préfecture, une ville de 50 000 habitants !


Tous les Grassois ont pu remarquer la part congrue laissée à Grasse depuis la nouvelle formule de Nice-Matin. Une part congrue réduite, sur la forme, à une page et à des articles qui, sur le fond, projettent rarement le lecteur dans la vie de sa cité, à part les communiqués réguliers de la Mairie, repris quasiment in extenso. D’où le « gentil » surnom de « Viaud-Matin », entendu ici ou là.


C’est sûr, qu’avec une entame pareille, le chef de l’agence Cannes-Grasse ne va pas apprécier. Mais ce n’est pas un problème.


Après une courte accalmie, la rubrique « Politiquement incorrect » est repartie à la charge (le 18/6), avec la subtilité d’un percheron amnésique au galop et son lot d’inexactitudes et contrevérités. C’est du révisionnisme, dont on se doute bien du but.

Dans Nice Matin, JR Laget donne longuement sa vision surréaliste de la politique à Grasse, avec l’accord de Nice Matin. Un festival !


Quelle crédibilité peut-on accorder aux écrits d’un Tourretan dont la seule activité connue est un entrisme forcené dans la vie politique grassoise ? 29 ans, sans profession connue, admirateur de feu C Pasqua et des méthodes du SAC, porte-parole du RFP06, groupuscule d’une poignée de zélateurs dont un élu transfuge dans la majorité de J Viaud, Franck Barbey. Voilà pour sa carte de visite.

Et la liberté d’expression, pourraient dire certains ?


A Grasse Matin, nous y tenons plus que tout !


Sauf que cette liberté d’expression ne doit pas s’exercer au profit de manœuvres qui travestissent la réalité et trahissent la vérité. Car, sans transcription exacte de la réalité et quête permanente de la « vérité », la liberté d’expression n’est plus du journalisme, mais de la propagande.


Quant à Grasse Matin, en rappelant les faits véritables et non des vérités de circonstances, il ne fait qu’occuper la place abandonnée volontairement (?) par le quotidien local.


Voici un bref et véritable rappel historique (incontestable), dans cette tentative de réécriture navrante de l’histoire politique grassoise.


La politique

1992 : JP Leleux, adjoint d’Hervé de Fontmichel est élu conseiller général.

1995 : JP Leleux prend la mairie en trahissant celui à qui il doit tout.

2003 : J. Viaud, sans emploi, mais responsable départemental des jeunes de l’UMP est recruté au cabinet de JP Leleux, catégorie A.

2008 : J Viaud est élu conseiller général en remplacement JP Leleux, qui a abandonné son poste pour cumul de mandats.

2014 : J Viaud est élu maire.


Le commerce

1995 : il existe deux moyennes surfaces à Grasse (Sodial et Intermarché).

2005 : JP Leleux lance le programme Axe 85, (dont le promoteur est l’époux d’une conseillère municipale de son équipe), sans passer par une enquête publique. Entre temps, le centre-ville se paupérise et se vide.

2015 : Naturalia, enseigne bio, plutôt haut de gamme et filiale de Monoprix, s’implante à Grasse, boulevard du Jeu de Ballon. Elle ferme trois ans après son ouverture.

2018 : Monoprix annonce son départ après 60 ans de présence à Grasse, ne pouvant envisager une activité rentable pendant toute la durée des travaux de la ZAC Martelly.


Précisions

Une petite dernière à l’endroit de JR Laget et éventuellement d’E Farel. Les opposants éternels ne peuvent pas être responsables des décisions prises s’ils sont dans l’opposition. CQFD.


Quant à l’ancienne majorité de quelle majorité parle-t-on ? Cela remonte à 1988, soit 31 ans… une génération !


Alors oui, Monsieur Laget, si en 30 ans, aucune majorité n’a été capable de corriger tous les points que vous soulevez, c’est bien qu’elle n’en avait aucune intention ou qu’elle poursuivait d’autres intérêts. Mais là, grand silence… Nous attendons avec impatience votre prochaine analyse pertinente (dans Nice Matin) sur les grandes réalisations (pour celles qui n’ont pas avorté) du tandem Leleux/Viaud.


Quant à essayer de mettre cela sur le dos de LaRem et du Modem, (ou de qui vous voulez), des formations politiques qui n’ont jamais été aux affaires à Grasse… c’est du flan. Bien essayé, mais cela ne trompe plus personne.


#Grasse #Grasse06 #JeromeViaud #Grasse2020 #Mun06130

0 vue

© 2018